lundi 14 février 2011

82 - Une idéale conception

Elle est pure, forte, belle.

Dure comme un granit, chaste à l'image de l'eau, aussi radieuse qu'une âme dans la nuit, elle effraie tout ce qui est sale, petit, misérable. Flamme sidérale, astre unique, son éclat est bleu, blanc, sobre.

Exigeante, elle vise l'impossible. Ennemie de l'imperfection, elle ne tolère pas l'ombre d'un cil. L'inconcevable est son royaume. Ses lois sont justes mais inapplicables. Invivable, elle n'a pas sa place chez les hommes. Vertueuse jusqu'à la folie, même les saints la trouvent trop blanche.

Elle ne sourit jamais. Presque jamais... Sa chair, c'est du marbre, ses yeux des diamants. Ou du charbon. Enfin, ils sont clairs, ils sont profonds, ils brillent... Ses pieds, ce sont des racines, sa tête ressemble à une auréole, son corps est une statue, son coeur bat pour des pierres, des étoiles, des hommes.

Elle est pure, forte, belle.

Elle dit des choses étranges, des mots éblouissants, des paroles douces, violentes. Et parfois incompréhensibles.

Personne ne la touche. Qui oserait ? On l'admire, la respecte, la craint, la fuit, la désire aussi. Belle, forte, pure, elle chante, pleure, prie, une lyre à la main, un serment aux lèvres, des sabots aux pieds. Ses bras s'ouvrent, se ferment, comme des ailes. Elle fixe le ciel, regarde en face, ferme les yeux... Belle, toujours elle est. Elle porte la lumière, répand le rêve, annonce l'infini. Mais combien elle est dure ! Intransigeante, sévère, grave... Et rayonnante. Hors de portée humaine.

Elle a un visage mais pas vraiment de nom. Nul ne sait qui elle est. Pour moi elle est un mystère.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'auteur présente son blog

Ma photo
Contre la sclérose des esprits, je propose aimablement ces textes immodestes, cruels, rarement tendres (parfois), mais toujours issus d'une plume soucieuse de froid esthétisme, d'âpre vérité. Ceci afin de rompre agréablement avec les mièvres, inconsistantes, insipides célébrations nuptiales de la Saint-Valentin habituellement en vigueur chez mes frileux contemporains. Les traditionnelles dragées de mariages ont été ici avantageusement remplacées par de savoureux bonbons au poivre. Découvrons sans tarder cette riche brochette de héros provinciaux aux traits psychologiques bien marqués. Issus d'un milieu étriqué, ces personnages pittoresques sont touchants et haïssables, humains et monstrueux, exquis et répugnants. Parmi ces textes divertissants je me suis également permis d'insérer mes réflexions pleines de saine lucidité quant aux rapports des sexes dans notre société de mensonges et de mollesse amoureuses.