lundi 14 février 2011

41 - Nestorine se fait saillir

Aujourd'hui la colossale Nestorine a décidé d'aller courir le mâle, histoire de se dégourdir les poings (car quand elle est en rut, elle cogne !) et de s'aérer les ovaires.

Elle a choisi de se faire secouer les tripes par Alphonse le tueur de porcs. Alphonse est un solide gaillard à la mine d'abruti, au visage bourru barré par une longue cicatrice. C'est une authentique brute épaisse qui ne désoûle jamais et gagne sa gnôle en égorgeant des porcs chez les éleveurs du coin pour le compte de bouchers marrons. C'est aussi un braconnier analphabète, une sorte de bête puante à deux pattes, une âme primaire, un coeur de pierre, du cuir à la place de la peau. C'est un ours, un loup, un boeuf.

Bref, le genre d'individu à ne surtout pas rencontrer sur les chemins de campagne, à moins d'être armé. Mais l'inoffensif Alphonse n'est aux yeux de la Nestorine qu'un simple amuse-gueule, une mauviette de "femmelette" écouillée, une tapette de bon à rien d'impuissant de bonne femme, un fumier d'incapable de pédé qu'est même pas un homme... Rien que ça ! Mais Nestorine n'est guère difficile dans le choix de ses partenaires, à ses yeux il n'y a pas de reproducteurs dignes de ce nom dans son monde brutal. Elle aurait préféré un homme, un vrai de vrai au lieu de ce mollasson de chochotte d'Alphonse. On le voit, les critères de séduction et de virilité selon Nestorine sont très sélectifs. Elle place la barre très haut.

Avec Nestorine l'approche nuptiale est réduite à sa plus simple expression :

- L'Alphonse, y'a de la tripe de fumelle à te farcir ! Viens donc me tasser la viscaille avec ton braquacouille !

A cette délicate invite Alphonse n'est pas en reste :

- Nestorine, tu veux de la braquaille à fumelle ? Tiens, prends donc ma grosse pinasse dans ta viandasse à coche !

Ces mots à peine échangés entre les deux amants, la belle Nestorine se fait saillir sur-le-champ par la bête. Non sans avoir cogné son partenaire quelque peu imbibé de mauvais alcool afin de lui remettre les idées en place. Une fois l'odieuse union accomplie, les deux amoureux se séparent sans mot dire. Généralement Alphonse est sonné, copieusement mâté par l'enflammée femelle à la chair insatiable.

Répétons-le, Nestorine est une terreur de jeune fille d'à peine vingt ans, un mastodonte tout en muscles, un puits intarissable d'énergie, une montagne de testotérones, des pognes de bûcheron, une poitrine de centurion. Cent-vingt kilos de violence, de granit et de tendresse à l'état brut. Un champion de lutte en jupon. Elle cogne dur la Nestorine, surtout lorsqu'elle est en rut.

Nestorine, estimant que sa matrice a été bien besognée, s'en retourne à présent à sa ferme : "y'a un boeuf à abattre pis à étriper pour la fête de la saint-Hyppolite". Car il faut savoir qu'à la saint-Hyppolite c'est fête à la ferme. Ne vous avisez surtout pas de demander à Nestorine ce qu'on fête à la ferme ce jour-là, vous risqueriez d'y laisser des plumes.

Un conseil : évitez à tout prix de croiser le chemin de Nestorine. Que dites-vous ? Que ce n'est après tout qu'une jeune fille d'à peine vingt ans ? Ne vous fiez pas aux apparences !

Vous qui jouez les héros depuis votre salon citadin, on voit bien que vous ne l'avez jamais vue à l'oeuvre, la "belle" Nestorine...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'auteur présente son blog

Ma photo
Contre la sclérose des esprits, je propose aimablement ces textes immodestes, cruels, rarement tendres (parfois), mais toujours issus d'une plume soucieuse de froid esthétisme, d'âpre vérité. Ceci afin de rompre agréablement avec les mièvres, inconsistantes, insipides célébrations nuptiales de la Saint-Valentin habituellement en vigueur chez mes frileux contemporains. Les traditionnelles dragées de mariages ont été ici avantageusement remplacées par de savoureux bonbons au poivre. Découvrons sans tarder cette riche brochette de héros provinciaux aux traits psychologiques bien marqués. Issus d'un milieu étriqué, ces personnages pittoresques sont touchants et haïssables, humains et monstrueux, exquis et répugnants. Parmi ces textes divertissants je me suis également permis d'insérer mes réflexions pleines de saine lucidité quant aux rapports des sexes dans notre société de mensonges et de mollesse amoureuses.