lundi 14 février 2011

176 - Le bossu vicieux et la belle naïve

Un jour un vieux bossu décida de briser son couple en prenant des amantes. Précisons que cet homme contrefait fut séduisant dans sa jeunesse. Avec l'âge il était devenu non seulement repoussant sur le plan physique, mais également odieux par son caractère.

Ses amantes étaient aussi laides et vieilles que lui. Sauf une qui s'appelait Vertu.

Cette amante était jeune et singulièrement belle. D'une beauté inaltérable. Elle aimait le vieux bossu d'un amour sincère et profond. Vertu était chaste par conviction, quoiqu'elle fût élevée chez les cochons. Elle était naïve, avec un coeur pur. Faiblesse dont abusait sans le moindre scrupule le bossu vicieux. Si bien que Vertu perdit bientôt sa virginité.

Le bossu qui était cruel et très avare se faisait inviter à l'auberge par Vertu et en profitait par la même occasion pour aller trousser les jupons de la pauvre servante. Lorsqu'un jour il mit la gueuse enceinte, le maître de l'auberge la battit avant de la renvoyer sans pain ni écu, ce qui réjouissait le bossu qui cherchait sans cesse à faire le mal pour le plaisir de faire le mal.

Voyant cela Vertu décida de quitter le bossu qui n'en prit pas ombrage. Ce dernier s'en retourna vers sa légitime épouse, lui signifia qu'il convoitait son hymen, bien qu'elle fût vieille et laide, et tout rentra dans l'ordre. Il garda cependant ses autres amantes.

Ainsi sa vie n'était que laideurs, vices et vilenies.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'auteur présente son blog

Ma photo
Contre la sclérose des esprits, je propose aimablement ces textes immodestes, cruels, rarement tendres (parfois), mais toujours issus d'une plume soucieuse de froid esthétisme, d'âpre vérité. Ceci afin de rompre agréablement avec les mièvres, inconsistantes, insipides célébrations nuptiales de la Saint-Valentin habituellement en vigueur chez mes frileux contemporains. Les traditionnelles dragées de mariages ont été ici avantageusement remplacées par de savoureux bonbons au poivre. Découvrons sans tarder cette riche brochette de héros provinciaux aux traits psychologiques bien marqués. Issus d'un milieu étriqué, ces personnages pittoresques sont touchants et haïssables, humains et monstrueux, exquis et répugnants. Parmi ces textes divertissants je me suis également permis d'insérer mes réflexions pleines de saine lucidité quant aux rapports des sexes dans notre société de mensonges et de mollesse amoureuses.