lundi 14 février 2011

111 - Delphine

A seize ans, Delphine était une jolie demoiselle très blonde et très méchante. Ses yeux clairs, son teint incomparable, ses sourires ravissants faisaient des ravages, elle le savait. Quoi que fort sotte, Delphine n'en était pas moins très belle, disions-nous : une pimbêche en forme de bouquet de fleurs, une chipie que l'on complimente, un monstre à face d'ange.

Elle savait qu'elle était la plus belle, aussi fomentait-t-elle maintes bassesses envers tout ce qui avait moins de prix que sa face. Tous les laiderons de son âge (qu'elle côtoyait volontairement) étaient ses ennemis. Elle aimait s'afficher en compagnie des herbes folles afin de se donner encore plus d'éclat.

Son fiel était adorable : elle charmait même avec sa voix suraiguë, ses mots abjects, ses pensées laides.

Sa façon de parler de ses jeunes camarades dans leur dos était très révélatrice de son incroyable orgueil : jamais on ne l'entendait dire des choses aimables. Odieuse et insupportable, médisante et haineuse, elle excédait son entourage, enchantait les enfers.

J'aimais cette fille. Nous avions pourtant vingt ans de différence d'âge. Mal rasé, la mine patibulaire, l'oeil égrillard, j'allai lui demander sa main vipérine, son hymen corrompu, son coeur hypocrite. Elle, plus haïssable que jamais, infâme à souhait, délicieusement perfide ne refusa point l'offre.

Une bonne occasion, pensa-t-elle, pour faire enrager ses ennemis... Autant dire la Terre entière.

Avec les années le bel oiseau agité ne se calma pas du tout, bien au contraire. Vingt ans de différence qui la réjouissaient... Pour elle, un crachat jeté à la face du monde. Elle jubilait. Mariée de gré à seize ans à un vieux dandy douteux par goût du tapage ! Les années la rendaient de plus en plus belle, de plus en plus mauvaise, de plus en plus sotte. Pour cette écervelée au coeur d'orties, l'essentiel était là : médire, haïr, embellir.

Elle me donna deux méchants enfants, Vladimir et Henriette.

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/xez404_delphine-raphael

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'auteur présente son blog

Ma photo
Contre la sclérose des esprits, je propose aimablement ces textes immodestes, cruels, rarement tendres (parfois), mais toujours issus d'une plume soucieuse de froid esthétisme, d'âpre vérité. Ceci afin de rompre agréablement avec les mièvres, inconsistantes, insipides célébrations nuptiales de la Saint-Valentin habituellement en vigueur chez mes frileux contemporains. Les traditionnelles dragées de mariages ont été ici avantageusement remplacées par de savoureux bonbons au poivre. Découvrons sans tarder cette riche brochette de héros provinciaux aux traits psychologiques bien marqués. Issus d'un milieu étriqué, ces personnages pittoresques sont touchants et haïssables, humains et monstrueux, exquis et répugnants. Parmi ces textes divertissants je me suis également permis d'insérer mes réflexions pleines de saine lucidité quant aux rapports des sexes dans notre société de mensonges et de mollesse amoureuses.